Au cours d'un tir, balles et douilles vont se trouver en contact avec divers éléments de l'arme qui vont y imprimer leurs marques ; en fonction du type d’arme : percuteur, éjecteur et extracteur laisseront des traces sur la douille. Si elles sont présentes, les rayures situées à l'intérieur du canon mais également ses irrégularités laisseront une empreinte sur la balle au moment de son passage. Ces divers stigmates, et notamment ceux dus à l'usure ou à des dommages divers, sont propres à chaque arme ou catégorie d’armes, et constituent sa signature. Pour prouver qu’une arme suspecte a tiré les éléments de munitions retrouvés sur la scène d’infraction ou récupérés lors d'une autopsie, il faut effectuer des tirs de comparaison. Les balles et douilles obtenues sont comparées avec celles découvertes au cours de l'enquête à l’aide d'un macroscope comparateur permettant d'observer simultanément deux éléments de munitions et de les comparer par juxtaposition. Au cours d'une affaire impliquant des armes à feu, les questions auxquelles nos experts pourront répondre concernent les armes, les munitions et les conditions de tir :

 

- combien d'armes ont été utilisées ?
- quelles sont les caractéristiques de ces armes (type, marque, modèle, etc.) ?
- l'arme saisie a-t-elle tiré les éléments de munitions retrouvés sur les lieux (balle, douille, bourre, etc.) ?
- quel est l'état de fonctionnement des armes saisies ?
- quelles sont les caractéristiques des munitions utilisées ?
- les balles et douilles soumises pour examen sont-elles compatibles avec les armes saisies ?
- combien y avait-il de tireurs et où étaient-ils ?
- quelle est la distance de tir ?
- quelles sont la trajectoire et la direction de tir ?