Actualités

Séminaire à l'ISIR

 

Le 06 mai 2015, Mme Ginette Bizeul, directrice de Lab'crim, se rend dans les locaux de l' ISIR à Paris dans le cadre d'une présentation : Vers l’utilisation des patterns d’´écriture pour la détermination de maladies du système nerveux central

 

Abstract : L’expertise en comparaison d’écritures manuscrites consiste à prendre en compte une pièce dite de question et un dossier de comparaison de la main du scripteur présumé, en vue de déterminer si celui-ci en est, ou non, le rédacteur et signataire.

Il ne s’agit donc pas de « graphologie », qui est une technique d’analyse très controversée car ne répondant à aucun critère scientifique, en vue de déduire des caractéristiques psychologiques de la personnalité d’un individu à partir de l’observation de son écriture.

L’expertise en comparaison d’écritures est le plus souvent prescrite par les juges et repose sur une méthodologie rigoureuse qui sera brièvement exposée lors de ce séminaire, dont l’une des étapes consiste à relever des items en correspondance et en différence : attaque et déroulement des tracés des lettres, vitesse du geste graphique, pression, ordonnancement sur la page etc.

Dans des affaires de testament, ou d’écrits réalisés sous l’emprise de la drogue et/ou de l’alcool, cette approche est souvent compliquée par des irruptions de tremblements, ruptures du trait, voire parfois une déstructuration de l’ensemble du texte et de la signature, que l’expert n’est pas forcément capable d’attribuer à une cause plutôt qu’à une autre, voire à plusieurs (exemple Parkinson + alcoolisme).

Or parfois, une étude des écrits de comparaison s’étalant sur plusieurs années permet de détecter l’époque de survenance de cette déstructuration et son évolution. Certains auteurs, comme Alain Buquet par exemple, ont tenté de dresser un tableau qualitatif des tremblements pour déterminer l’origine de la maladie : Parkinson, Alzheimer, ou la nature de l’addiction : drogue, alcool etc. mais les résultats n’ont jamais été corroborés par une véritable étude scientifique.

Un projet de cette nature pourrait être initié, en vue d’identifier les patterns dans l’écriture de ces différentes maladies neurodégénératives, aux fins d’en permettre un diagnostic précoce et la mise en place de soins immédiats.

Les résultats obtenus seraient utilisés par les experts de cette discipline, notamment dans les missions d’authentification des testaments.